TOMBER



Quand vous dormiez moi je m'impatientais
rouge du désir de tomber encore
tout blanc d'insomnie je regagnais
la forêt taisant le nombre qui dort
Vous rejoigniez enfin qui attendait
c'est moi au bocage que je quittais

DORMIR

Le soir les voix s'éteignent
les dernières minutes
toussent au bord du rêve
où la fraîcheur qui nous gagne
fait de nous des rescapés.


Poème 8, in Ligne, éditions La Porte.

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE