Articles

LES SEPT MAISONS

Image
Il me manque un hameau dont l'une des sept maisons serait le second refuge après celui où je respirai la première fois. Les six restantes auraient des lumières vibrantes aux fenêtres. Toutes seraient le multiple d'un âge que l'on compte parmi les humains comme une heure féline avant la fermeture de la nuit.

Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.

Coeur

A l'intérieur le cœur bat, dehors est une lande apprivoisée. Dans le bocage qui te regarde, dans le petit silence où je te vois pulse la veine de ton cou et ta peau est un rempart, une haie assez haute pour m'éloigner et t'apercevoir enfin dans l'enclos, sans présence humaine.

L'instant fugace n°2, janvier 2018 (Jacques Flament éditeur)

Image
...............

Un recueil de nouvelles très, très courtes voit le jour. Quatre-vingt-deux auteurs livrent non moins de cent-cinquante textes.

Avec, par ordre alphabétique : Danielle Akakpo, Eric Allard, Angélique Assier, Jo Bassoni, Pascale Binant, Daniel Birnbaum, Stéphanie Bonnet, Marc Bruimaud, Nicolas Brulebois, Gaelle Buri, Alain Callès, Jacques Cauda, Serge Cazenave-Sarkis, Lorenzo Cecchi, Denys-Louis Colaux, Lucas Corbeaux, Eric Dausse, Frédéric Delhaie, Marie-Philippe Deloche, Robert Delplanque, Carine-Laure Desguin, Valérie Dorpe, Odile Dubois, Hélène Duc, Corinne Falbet-Desmoulin, André Fanet, Fabrice Farre, Roseline Fierens, Jacques Flament, Sylvie Franceus, Pascale-Maud Garnier, Véronique Gault, Françoise Grenier, Laurence Guillemin, Christine Guinard, Henri Aram Hairabédian, Jeanne-Valérie Held, Laurent Herrou, Gabriel Henry, Richard Huitorel, Valentine Imhof, Ginou Jussel, Ziska Larouge, Patrick Larriveau, Bastien Lebis, Julie Legrand, Laurence Litique, Elisabeth Louss…

Revue Alsacienne de Littérature, n°128 (décembre 2017)

Image
....................
Le thème de ce dernier numéro : «Folies».



EDITORIAL :Les cinq «Folies» (dessins) sont d' Haleh Zahedi ; Laurent Nass; Sebastian Brant et Carole Werner.

DOSSIER:
Jacques Goorma,Emma Guntz, Alain Helissen, Adrien Finck, Karlheinz Kluge, Alain Fabre-Catalan, Julien Soulier, François Debuiche, Eva-Maria Berg, Anne-Marie Soulier, Yves-Jacques Bouin, Kza Han, Pierre Judide, Alix Lerman-Enriquez, Ingrid Brunstein, Denis Leypold, Yves Rudio, Sébastien Koci, Germain Roesz, Claudine Bohi, Valère Kaletka, Michael Benaglio et Wendelinus Wurth.

VOIX MULTIPLES :
Karel Čapek; Fabrice Farre; Auguste Wackenheim; Martine-Gabrielle Konorski; Michael Benaglio; Roselyne Sibille; Axel Schouteten; Sylvie Le Scouarnec; Sylvie Durbec; Marie-Yvonne Munch; Herbert G. Pedit; Gilles Marie Buscot; Claudia Scherer; Jean-Claude Walter; Gerda Mucker-Frimmel; Claude Vancour; Estelle Fenzy et Jean-Paul Bota.

La suite : avec les chroniques et les notes de lecture>>...

Toucher terre, pré#carré 85

Image
.....................................................


Après les murs : routes, chemins sentes capillaires jusqu'au lac dont les rives varient selon l'humeur. Le visage serait-il un accident survenu un jour de faiblesse.
*
Je prie pour que ton départ soit une alerte au bonheur. On ne quitte jamais la terre. Tout en suivant ta silhouette qui s'épuise je prie pour ne plus revenir à moi et faire alors une rencontre de l'étranger qui croit ne pas te reconnaître.


Deux poèmes extraits de Toucher terre, Pré#carré éditeur, mars 2015.

La revue incertain regard, n°15 -- novembre 2017

Image
...............


La revue incertain regard est une publication de la ville d'Achères, dans les Yvelines.
Responsable de la publication : Véronique Forensi, maire-adjointe à la culture -- Secrétaire de rédaction : Martine Gouaux.
Le comité de rédaction : Catherine Champolion, Véronique Forensi, Patrick Fourets, Paulette Gastou, Jean-Paul Gavard-Perret, Martine Gouaux, Patrick Guillard, Claudine Guillemin, Cécile Guivarch, Solène Hazouard, Marie-France Le Cabellec, Ronda Lewis, Hervé Martin et Gérard Noiret.


  lien

J'aimais notre histoire

Image
...............
















C’est d’avoir connu
ton appartement
aussi exigu qu’une tige
aussi modeste que la ruelle
qui y mène
que j’ai trouvé combien était
vaste l’envie de te retrouver
à chaque fois
le soir était une joie brûlante
un Noël pour la voix
de celui qui venait sur ton giron
te raconter des fables
uniques que tu accompagnais
d’une voix de chanson.