Articles

Comme ça

Image
Azyme ou à chanter le pain, nous le volons chaque jour sous la table de la miséreuse condition, à nous étonner de la moindre poussière de lumière, de la plus haute croûte qui nous blesse. Chaque jour a ce goût de messe tremblante au pied d'une question qui a couleur de Christ.

La figure des choses, Henry, 2014.
Poème paru, pour la première fois, dans la revue de B. J. Lherbier : Népenthès.

Plutôt

Image
On m'envoya veiller la campagne en compagnie du troupeau  aussi étrange que le chien à tête de loup et l'aube perchée sur les murets cachait  ses dessous de myrte; le caillou
imita la colline, le silence toucha la montagne.

LE CHASSEUR IMMOBILE (éditions Le Citron Gare), second tirage pour novembre 2017.

Image
Patrice Maltaverne m'annonce la réimpression du livre Le chasseur immobile, prévue pour la mi-novembre. Je salue le travail de Patrice qui, de salons en lectures, ici ou là, défend sans faillir les auteurs qu'il publie. 
Je remercie aussi Sophie Brassart, illustratrice et poète de talent : elle a accepté d'emblée ce projet commun à nous tous. 
Enfin, j'en profite pour remercier sincèrement les lecteurs dont certains ne me sont pas inconnus... C'est, d'ailleurs, sans compter les notes de lecture (ici) des plus fidèles d'entre eux, dès la sortie du recueil.

Quelques extraits : ICI



Maintenant

Image
Alors l'après-midi pousse sa crinière son sabot anéantit les murs de la cour entre les arbres la forêt sonne creux le vent pétrit le corps libre. Un seul hennissement affranchit la douleur qui bâtit et emprisonne

CHAR (LOIN LE SEUIL, éditions de la Crypte, janvier 2017)

Sous la roue les cailloux sont chassés. On a la peine qui est donnée aux bêtes de somme. La ligne d'horizon peu à peu se resserre autour de l'habitude, la linéarité se prend aux rayons : le destin se défait. Le char verse dans le creux aux abords essaimant les perles gagnées comme le verre le plus ordinaire.
A travers la matière, nous avons d'étranges formes.


Errant

Image
Vers ce puits de lumière je vagabonde comptant mes semblables hasardeux comme moi. Je ne regarde pas vers le bas (j'ignore qui je suis) errant en un lieu qui a du ciel une terre tout aussi familière.

Magnolias

Image
Entendre dans les lignes le dialogue des blancs infimes, la figure
du cœur où l'abeille somnambule porte encore des sacs de soleil. Fleur rare, énigme inquiète du silence sur le velours du pétale, parfum sonore quand l'insecte disparaît.