Mémoire


L'être qui nous a aimés
siège parmi les morts
nous reliant à la vie
par une présence qui nous sépare.

Il revient quand nous disparaissons
comme le font les ancêtres
témoignant par sa mémoire
que la nôtre est nécessaire.


Concerto pour marées et silence, revue : le numéro 10

Merci à Colette Klein pour ce numéro soigné, accompagné des images de Sophie Brassart, Auck et Xavier Fatou.



SOMMAIRE : Daniel ABEL, AUCK, Jean-Louis BERNARD, Éliane BIEDERMANN, Patrice BLANC, Jean-Paul BOTA, Claudine BRAL, Sophie BRASSART, Francine CARON, Muriel CARRUPT, Edith CHAFER, Eric CHASSEFIERE, Jean CHATARD, Gérard CLERY, Danièle CORRE, Jean-Pierre CRESPEL, Chantal DANJOU, Eliane DEMAZET, Guillaume DREIDEMIE,  Sonia ELVIREANU, Pierre ESPERBE, Xavier FATOU, Fabrice FARRE, Bernard FOURNIER, Françoise GEIER, Roger GONNET, Bernard GRASSET, Nicole HARDOUIN, Rodolphe HOULLE, JAPH'EIIOS, Catherine JARRETT, Marilyse LEROUX, Emmanuel LOYAU, Claude LUEZIOR, Anne MICHEL, Jean MINIAC, Ivan de MONBRISON, Gérard MOTTET, Bojenna ORSZULAK, Gérard PARIS, Michel PASSELERGUE, PAULE, Georges ROSE, Tina SCHAEFFER, Richard TAILLEFER, Monique W. LABIDOIRE et Colette WITTORSKI.

Notes ou articles sur : Claude ALBAREDE, Maurice BOURG, Jacques CANUT, Francine CARON, Marie-Josée CHRISTIEN, Murielle COMPERE-DEMARCY, Marian DRAGHICI, Michel DUNAND, Christophe FORGEOT, Colette GIBELIN, GUENANE, Jean-Paul LE BIHAN, Gérard LE GOUIC, Béatrice MARCHAL, Daniel MARTINEZ, Ara Alexandre SHISHMANIAN, Dana SHISHMANIAN et Monique W. LABIDOIRE.


"36 choses à faire avant de mourir", juin 2017


Ont été conviés à cet exercice hautement périlleux, de la troisième série : Marion LAFAGE, Derek MUNN, Eve DE LAUDEC, Thierry ROQUET, Muriel CARRUPT, Adèle NEGRE, Fabrice FARRE, Corinne LE LEPVRIER, Marie-Anne CHAFFANJON, Jean-Pierre PETIT, Sophie ROUSSEAU, Edith MASSON, Jean-Louis MASSOT, Marie-France CHEVALIER, Angèle CASANOVA, Anne MATHIEU, Claire TERRAL, Romain FUSTIER, Blandine PONSIGNON-DOUAILLER, Colette REYDET, Bipe NODER, Roland CORNTHWAITE, Marie-Philippe DELOCHE, Sophie BRASSART, Sophie BUTHION, Erwan LE BOT, Isabelle HELIN, Claire DEVILLE, Jean-Claude MOUSSEY, Aline COTON, Claire LEBREUVAUD, Amel ZMERLI, Laetitia NICOURT, Ann DE KERMALEZ, William MATHIEU, Anne RECOULES, Astrid WALISZEK et Christian DEGOUTTE (avec « 36 chaises et autres façons de s'asseoir » - pour Hervé et Rüdiger s'ils n'ont rien de mieux à faire).
pré#carré éditeur (contact)

CARRIÈRE

Source 
Il vient du fond du couloir.
Pour haleter ainsi il n'a jamais remercié
l'occasion de la vie. Il l'a entraperçue
en passant devant la chambre où sommeille
un enfant, où faufile un être proche de demain.
Il arrive dans le vestibule fêté par un rayon
et des confettis du pays d'or.
Il se déchausse, ses pieds se délestent
des pierres qui l'ont fait marcher.
Ses mains se perdent dans ses poches
elles manquent à l'allure, il manque
une phalange au travail aujourd'hui.

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Il me manque un hameau
dont l'une des sept maisons
serait le second refuge après
celui où je respirai la première fois.
Les six restantes auraient des lumières
vibrantes aux fenêtres. Toutes
seraient le multiple d'un âge
que l'on compte parmi les humains
comme une heure féline
avant la fermeture de la nuit.





Tiens, écoute le murmure de la feuille
un jour de manœuvre : le corps
croît pour la première fois, sensible
au vert du chêne prompt au départ.
Le pré du cœur est vaste, la parole
renonce. Un jour
s'ajoute, de courte mesure, pris
dans le gel d'incertitude ; chiche
en écriture il tient dans la main
avare, avare encore. Menteur.


31 poèmes, dans la Collection Encres Blanches, n°691, dirigée par Michel Cosem (prix : 6 €).
Contact : l'auteur via la messagerie, ou Michel Cosem, 2 Allée des Allobroges - 31 770 COLOMIERS.

Trois

FAM. Lien : 

Le silence se sépare
de nos silhouettes hautes.
Il regrette sans fléchir
l'absence muette
l'allure trop humaine.

Pudeur

Turner : Calais Sands at Low Water - Poissards Coll Bait












L'intérieur
se consume, attisé par le coke 
de la nuit.
Lui s'adresse à elle et elle
surprise encore rougeoie.


La revue Coup de soleil, n° 99

(Mars 2017)

Sous la direction de Marie-Françoise Payet-Salesiani et Michel Dunand.
Couverture de Jean-Bernard BUTIN.





Poèmes de : Ryokan, Lydia Padellec, Dick Christiaens, Eliane Biedermann, Fabrice Farre, Sébastien Minaux, Vahé Godel, Jean-Claude Xuereb et Marie Demaretz.



Les chroniques sont de Jean Chatard (ROMAN DE L'ÎLE/ Gérard Cléry et MIELS/Michel Dunand), de Jean-Paul Gavard-Perret (MIELS et la collection Re : Pacific avec la poésie de Sarah Hildebrand), de Jean-Daniel Robert (NOIR ET BLANC SUR LE VILLAGE/Arlette et Francis Chaumorcel) et de Michel Ménaché (J'EN APPELLE AU PTÉRODACTYLE/Jean-Pierre Gandebeuf).





ICI


Le panier descend
s'accroche au mur
la corde se détend quand il touche terre.
Il se remplit de couleurs
aux noms éclatants et se hisse alors
jardin suspendu paradis pour personne.
Là-haut une silhouette issue du cadre
s'incline et remercie le donateur
que l'on cherche tandis qu'il s'efface
remercie l'air 



 

NOMMER MANQUE


Quel genre de bêtes sommes-nous
assez conscientes que les enfants-poissons
un jour quitteront les cheminées fumantes
les baudroies et autres chimères
pour s'enfoncer dans la nuit
des vieux parents pris aux tentacules
des siphonophores, un jour de grand suicide
où la mémoire les aura conduits




Première parution dans Résonance Générale, n°6

PAYS

La solitude est un pays d'orange
au profil amer, aux arbres droits
annoncés dans l'air avant d'apparaître.
On repart sans cesse du caillou à fleur de terre,
on s'enfonce souvent dans la parole insulaire
avec le mot retenu
pour quelqu'un qui n'est pas encore arrivé.


Editions La Porte




POUPÉE RUSSE

La joie dans la fortune s'habille du triste sort.
Elle hésite mais elle dure rouge à l'extérieur
comme un visage peint avec des traits épais
une vraie figure qui s'inspire de l'intérieur.
Elle s'éclipse cette fois cent fois pudique
affleure sous le vernis qu'elle craquelle rayonne
comme lui qui lisse les choses les plus laides.
Elle emprunte ce stratagème
aux poupées russes qui entrent
dans la chair. Le corps alerte en est la dernière
expression, le premier à tout taire.

Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.


MANŒUVRE


Tiens, écoute le murmure de la feuille
un jour de manœuvre : le corps
croît pour la première fois, sensible
au vert du chêne prompt au départ.
Le pré du cœur est vaste, la parole
renonce. Un jour
s'ajoute, de courte mesure, pris
dans le gel d'incertitude ; chiche
en écriture il tient dans la main
avare, avare encore. Menteur.

Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.


LITTORAL

Claude Monet "Temps calme"
Le rocher s'enfonce
visage résigné.
Sous la mer il cherche pudique
pourtant l'endroit d'où il vient.


DEMAIN

Avec toi je regardais
défiler les lettres rouges dans
la nuit la plus froide. Il
nous faudrait aimer une vallée avec
ses Motels et ses sacs de cailloux, sa vue
sur les canyons. Nous en voulions
pour notre argent et déjà demain
était beaucoup trop loin : une route
de poussière, interminable, une soif
inextinguible au milieu des cactus.
Un vent glacé
passa dans nos manteaux, cette nuit-là.

- 36 édition, collection 8pA6, N°75,  2013.


LES SEPT MAISONS

Cap Corse, Louis DUSSOUR

Il me manque un hameau
dont l'une des sept maisons
serait le second refuge après
celui où je respirai la première fois.
Les six restantes auraient des lumières
vibrantes aux fenêtres. Toutes
seraient le multiple d'un âge
que l'on compte parmi les humains
comme une heure féline
avant la fermeture de la nuit.


Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.

LOIN LE SEUIL, Editions de La Crypte


Loin le seuil, janvier 2017.
Anael Chadli accompagne le recueil.
80 pages - 14 €


Adjectif

Le matin tourne en boule
et l'été touche à l'automne
dans nos peignoirs sans motifs,
à neuf heures moins le quart.
Le café ne se sucre pas,
la cuiller tinte, l'alarme
intime nos regards.
C'est en heures que nous
nous connaissons. En année,
nous serions des graines dans le vent. Sur
le bord de la tasse, le café trace un serpent :
il glisse quand remonte la pomme d'Adam.
C'est un matin privé d'adjectif.



BON DE COMMANDE  


VESTE

Ma veste de marié
a dix-huit ans à peine
Peut-être a-t-elle été fabriquée
bien avant. Quelqu'un l'aura portée
avant moi peut-être celui que je ne peux voir
trois fois plus âgé qu'elle au moins 
en moi, qu'importe
La doublure est moirée le tissu lâche
faut-il ainsi chanter le présent
veuf de toute circonstance atténuante.

Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.