A corps ouvert


Tu arrives en défrichant la forêt de mes pensées,

le projectile renverse les quilles et en l'espace

de secondes que je ne sais compter,

il résulte du choc une source qui n'est ni fleuve

ni rivière. C'est une sensation torrentielle, pourtant,

elle ne mouille pas, elle m'assoiffe puis m'absorbe.

Revenant en moi, pétri par ce réflexe de survie,

mes haillons sont mon plus beau vêtement.


Saint-Sauveur

 

Les nuages se séparent des toits

mais ne rejoignent pas les hauteurs.

Le paradis singe la terre d'ici.

Les habitants rentrent en allumant

un petit carré d'âme ouvert dans la pierre,

sans volets. Les pluies ont usé la route, emporté 

les chevaux qui regardaient les hommes.

Le seul âne qui s'incurve

sous le poids emporte

les pauvres dieux.


Extrait de SAUF, éditions du Cygne, 2021



Ecluses

On descend peu à peu, sur la terre 
montante marche la vie en sabots : 
d'eux surgissent les chevaux parfois
humains et tout éclat bruyant 
que l'on craint de perdre. 
Mais la raison alerte et au carrefour 
confus des moitiés, les portes s'ouvrent 
puis, des murs verts ruisselants, les écluses.

Paru dans la revue Osiris, n°92.



Témoin

 

Quand les prés auront blanchi, je pourrai

noircir de sommeil, être la souche


d'une terre enfin libérée par l'oubli,

le seul témoin de la vie.


Comme le font les racines sondant

à l'aveugle une source lointaine, je glisse


vers la première présence. Est-elle

encore née – elle arrive pourtant, jamais vue.


Et même, avant que ne parvienne la bonne nouvelle,

le fond des choses remue ; le rouge petit s'agite


au cœur des champs jaunes, avec le vent. Fleur ou cœur.

On se précipite pour la recevoir, nouvelle ou personne.

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE