SANTA CROCE


Verts les cyprès grimpent jalousent la flamme

dans le lierre des particules de guêpes

consument la muraille à peine visible

le saule embrasse un espace sans se cacher

il y pleut deux fois par an pour ceux qui dorment

chaque visiteur qui passe se redresse



UTILITE

 

La jarre vacille et vrille le cours l'emporte

la moitié du ventre s'obscurcit et l'autre

reste sèche la bouche ouverte dans les airs

Sur décision cette jarre sera sauve

par faiblesse c'est donc le poids qui la perdra

seul le hasard jugera de l'utilité

DES EQUILIBRES

 

Tendre, le goût de la graine délogée de sa gousse dure

pendant que tu le racontes. Depuis cette pierre insolée, le

coeur de terre irrigue les plants de pommes d'or polies sans

relâche dans la langue, et l'arrière-saveur salée relève le

mets d'amour calé entre tes mains minuscules. La faim

d'hier rassasie dès à présent l'amer. Au milieu du champ, ce

jour-là, dans les remous maintenant, ton histoire s'achève.


Poème extrait du recueil DES EQUILIBRES, Bruno Guattari Editeur, 2022, in Place de la Sorbonne, n°13, juin 2024.


TATOUAGE

 

Rue Balthazar, je crois, au premier

quart de la journée, les vitrines glissent

pendant la marche, engourdies d'un jour

possible. Quelque pacotille en vente y trône.

Au second quart, dans les bas quartiers de la ville,

un colosse sans âge pratique le tatouage,

j'en porterai un : l'inquiétude peut-être

de l'impasse.



DOUZE

 

L'avion qui transporte au-dessus de la chape

gronde davantage tout comme les miens :

ils reposent là où j'ai quitté leur demeure,

me parlent un langage que seul je connais.

J'abandonne dans le bruit ce qu'ils ont gardé.

L'avion transporte, brutal vous déporte.




VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE