Clef

Nous l'avons perdue de l'avoir laissée
nous enfermer, cette petite clef
qui maintenant nous observe,
avec ce profil qui est le nôtre.
Nous pourrions la faire tourner
dans la serrure sans parler
une seule fois dans nos gorges.
Ève, tu actionnerais le ressort du pêne,
je serais le premier Adam à te dire
que la porte s'ouvre enfin (1).




(1) : les termes « gorge » et « pêne » appartiennent au lexique
du serrurier. « Ève » est aussi « la nervure qui sert à guider  la
clef dans la serrure ».


Extrait de La figure des choses, Editions Henry, 2014.

Grenade



Le foulard à ton cou frémissait à chaque
fois que tu prononçais un mot, n'importe
où en présence ou pas de témoins.
A la Pension, le rouge avait marqué la
nuit ferme au sein de l'arène du rêve et
nous avions cru disparaître.
Dans le silence permanent de la taille du
tissu vient s'ajouter la couleur du désir.




Laisse donc parler le puits
par où reviennent ceux qui ont un langage
dans le reflet si tu le vois
dans le noir.
Il y a ce corps inepte à tout regret
une image flottée – peut-être
ton visage si tu te penches davantage
pour voir. Certes, l’eau grossit les traits
de la figure des choses




La figure des choses, Henry, Coll. « La main aux poètes », 2014.

L'arbre

 

Parfois, il quitte les cimes

pour revenir vers nous,

il se fait humain, étreint

qui respire à terre.


Parfois, l'oiseau d'un chant le relève,

par ce chemin ôte l'écorce

et vous efface pour trouver le ciel.


AVANT D'APPARAÎTRE




La vie, je l'ai apprise en te voyant descendre
du haut de cet escalier résonnant comme
la pierre qui garde à l'esprit l'effort de l'équilibre.
Je songeai devenir le garde-corps ou bien
les marches, tolérant l'existence sans qu'il fût question
de faux pas. Au moins la main. Je vécus armé
de la volonté, dénigrant mon corps pour porter
le tien. Ou bien l'escalier oublia-t-il un instant
que le mur le soutenait. Je sus alors
que ne tient que si l'autre maintient.




Ton prénom : Lucia, frêle insecte au pied
du mur où nous comptions les soleils, dans la langue.
Tes mains scellées n’avaient pas de paume,
au jeu pourtant elles s’ouvraient.
L’orgue sarde du vent blanchissait les toits,
les figuiers sonnaient, en rien barbares, nous
avions trouvé le centre, sans doute l’odeur
du fruit, et l’un ou l’autre touchait enfin
la paroi, sans être vu ni des silhouettes à laine
ni des têtes au travail recourbées dans leur visage.




Par notre absence noircissent les pommes,
nous succombons au métronome, transparents
comme le sommeil nous courons comme
l'eau afin d'aller veiller les reflets des hommes
qui vivent longtemps après nous.
A contre-courant, dans le débit des remous
porteurs, nous poursuivons la mort, semant
la vie à l'origine de la rivière où toi
et moi avons trouvé, limpides, sans jamais
chercher l'éternité, les visages de l'un et de l'autre.



Extraits de Avant d'apparaître, Unicité, Coll. Le Vrai Lieu, 2020.
50 poèmes. 13 €.

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE