Cinq poèmes




1. L'effraie regagne le tronc...

L'effraie regagne le tronc, le jardin se retourne.
Sur la terre, à la lumière des ombres zèbres,
les cailloux se détachent puis se remplissent,
les flaques sont sèches, tout à coup, l'aube
a franchi la frontière ; les lacs portent leur fond
où erre le regard, quel que soit le jour promis.
Au pied des ceintures sombres vues sans sommeil
poussent ces haies citadines dont les feuilles
donnent déjà l'étendue d'une macule : c'est en elle
que s'étend sans le corps la conscience de rester.


*


2. L'arbre qui chante se tait...

L'arbre qui chante se tait à notre passage,
il est inutile de regarder le chemin pour rentrer :
nous voici libérés après le travail, méconnaissables.
Sur ton dos, tu portes les outils
de la semaine, noircis par la difficulté,
je les vois, les yeux fermés pendant la marche,
ils se taisent à peine, dans le ciel sur nos cils
dans la respiration, dans les yeux des abeilles
qui montent, montent jusqu'au lilas. Désirer le repos
au rythme de nos pas est une existence manquée.


*


4. Ils crachent dans leurs mains, le ciel...

Ils crachent dans leurs mains, le ciel
est sur la tête. Demain poussera : c'est
l'éternité promise. Les maisons en bois
gardent les outils dans leur ventre, sur les pentes
des jardins, ils tiennent plus droits que des arbres
poussés par la roche fossile sous terre.
Hier mineur à la lampe du secret hivernal, aujourd'hui
majeur, l'été est incandescent.
Ils crachent dans leurs mains, pliés au sort,
demain poussera : c'est la promesse la plus proche.


*


15. Le château d'eau...

Le château d'eau est ventru, c'est la cible
qui nous porte au-dessus des cailloux teintés
par le son noir de notre sueur, mais ils ne sont
en rien tragiques. Les chemins pourraient toucher
au ciel, en dépit des charges qui nous retiennent.
Nous sommes de l'âge que nous donne la volonté,
l'eau suinte au cœur de l'été ou à l'esprit, comme
une espèce sonnante au milieu de la citerne.
C'est ainsi que nous passons la saison de l'effort
et la pente toujours haute, sous les vapeurs ouvrières.


*


36. Il eût fallu être à l'heure...

Il eût fallu être à l'heure pour ne pas manquer
le rendez-vous promis, à fleur de terre.
Étaient-ce un bourgeon, et sa couleur proche,
si proche dans la gangue du vert, ouvrant
l'écaille si rouge. Loin de toute considération,
de celle qui désespère, l'autre dialecte du bonheur
transmis d'une bouche à l'autre
s'affranchirait du non-sens,
aussi incongru que l'invisible. Le mirage.
La vision était une douce ignorance, tu le sais.



Quelques-uns des poèmes parus dans Arpa et Europe.


Poème


Au fond du puits les choses nous observent

en brillant, comme issues de la gangue. Surprises,

elles nous surprennent étonnés de n'avoir pu trouver

que nous-mêmes. La victoire semble proche

sous la gloire ternie du miroir d'eau.

Alerte



On se penche aux fenêtres, le bruit a éclaté plus bas,
la rue est une bouche ouverte dont la mâchoire
aux passants interdits libère une lueur vive.
Les gyrophares approchent, la sirène sans port
déchire la vision, juste avant le vertige noir.

REVU, la revue de poésie n°4-5 (avril 2018)

Rédaction : Alexane Aubard, Nahida Bessadi, Marie Bouchez, Chloé Charpentier, Théophile Coinchelin, Florian Crouvezier, Franck Doyen, Evodie Guedin, Théo Maurice, Mathieu Olmedo, Alysson Videux et Didier Zanon.


Participants : A427, Pierre Albert-Birot, Henri Algan, Roy Chichy Arad, Alexane Aubard, Nahida Bessadi, Miguel Bonnefoy, Caroline Boulord, Samir Boumediene, Chloé Charpentier, Hélène Claudot-Hawad, Théophile Coinchelin, Dom Corrieras, Marion Courtois, Elise Deubel, Benjamin Hopin, Fabrice Farre, Michèle Forestier, Fanny Garin, Hawad, Gérard Hutt, Pauline Klein, Marianne Louis, Théo Maurice, Antoine Mouton, Ana NB, Mathieu Olmedo, René-Ralf, Héloïse Rougette, Omar Youssef Souleimane, Laura Vazquez et Didier Zanon.

TISSERANDS DU MONDE, AMEditions 2018

Les tisserands d'hier et d'aujourd'hui,avec :



https://www.amazon.fr/tisserands-Maison-poesie-lyrismes-Velay-Forez/dp/1983997145
HOMERE – PLATON – OVIDE – Chrétien de TROYES – François VILLON – KABIR – Pierre de RONSARD – Etienne JODELLE – Jean de LA FONTAINE – Antoinette DESHOULIERES – J. W von GOETHE – SEATTLE – MAGU – Henrich HEINE – Marceline DESBORDES VALMORE – Alfred de VIGNY – Victor HUGO – Leconte de LISLE – Pierre DUPONT – Frédéric MISTRAL – Charles CROS – Stéphane MALLARME – Aristide BRUANT – Arthur RIMBAUD – Joan ALCOVER – Emile VERHAEREN – Giovanni PASCOLI – Paul-Jean TOULET – Théodore BOTREL – Benjamn LEDIN – Paul VALERY – Charles PEGUY – R. M. RILKE – Max JACOB – Victor SEGALEN – Guillaume APOLLINAIRE – Marie NOËL – Paul ELUARD – Antonin ARTAUD – Louis ARAGON – Francis PONGE – Henri MICHAUX – Leopold Sedar SENGHOR – Birago DIOP – René CHAR – Jacques DOUAI – Wislawa SZYMBORSKA – René-Guy CADOU – Andrée CHEDID – Rouben MELIK – Philippe JACOTTET – Salah STETIE – Miquel Marti POL – Charles DOBZINSKI – Abdellatif LAÂBI – Henri TACHAN – Hamid TIBOUCHI – Alex CHAZAL – ANONYME DU HAUT-ATLAS – Daïnas de LETTONNIE – Nicole BARRIERE – Katia BELAVINA – Claudine BERTRAND – Jean-François BLAVIN – Monia BOULILA – Enan BURGOS – Martin CHEF – Sylvestre CLANCIER – Murielle COMPERE DEMARCY – Geneviève CORNU – Maggy de COSTER – Françoise COULMIN – Josyane de JESUS-BERGEY – Clara DELANGE – Laurent DESVOUX-D'YREK – Jean-Charles DORGE – Giovanni DOTOLI – Irène DUBOEUF – Fabrice FARRE – Marcel FAURE – Corentin FERNAGUT – Christophe FORGEOT – Constantin FROSIN – Jean-Marc GHITTI – Serge GRANGEON – Catherine JARRETT – Osama KHALIL – Oswald KATAMBALA – Simon LAMBREY – Elisabeth LAUNAY-DOLET – Charly MATHEKIS – Roland NADAUS – Isabelle NORMAND – ODE – Angèle PAOLI – Pierre PHILIBERT – Jean-Luc PROULX – Mario SELVAGGIO – Thanh-Van TÔN-THÂT – Maria ZAKI – ANONYME.


Commande : clic sur l'image.



Question



On ne voit jamais celui
qui passe dans les hautes terres
noires et annonce l'infini sous le ciel
lorsqu'il crie jusqu'à la ville
prochaine. Des gens passent
et vivent dans ces wagons
allumés entre chaque arbre.
Est-ce alors mon champ qui glisse
ou s'enfuit-on pour séjourner
ailleurs, sous les toits de verre
clair, dans les gares occupées par ceux,
errants, qui cherchent
une terre comme la mienne
où passe le désir
où s'enracine comme un olivier
l'espoir de ne jamais rester

in Ligne, La Porte, 2016 (A Teresa)

REVUE LA PISCINE, n°2


Les maîtres-nageurs : Louise, Christophe, Philippe et Alain.

Page d'accueil : c'est ici !



Feuille


Tombée, la feuille
cache le chemin du retour.
A chaque extrémité pointe
une direction; chaque nervure
serait une confession confuse
et la perte, un voile de pudeur.

Extrait de Loin le seuil, La Crypte, 2017





OSIRIS 85, décembre 2017

Sommaire

(les illustrations "Visual art" sont de Robert et Andrea Moorhead)


Anglais : Peter King, Charles Hadfield, John Sibley Williams, Robert Dassanowsky, Rob Cook, Matt Duggan, Simon Anton Diego Baena, Jack Little, Alan Britt, Andrea Moorhead, Marcia Arrieta et Frances Presley.

Français : Antoine Boisclair, Jean-Yves Reuzeau, Fabrice Farre, Cécile A. Holdban et Christian Arjonilla.

Allemand : Ute von Funcke.

Italien : Flavio Ermini.

Portugais : Sagado Maranhao et Astrid Cabral (traduction en anglais d'Alexis Levitin).




Les sept maisons

Cap Corse, Louis DUSSOUR

Il me manque un hameau
dont l'une des sept maisons
serait le second refuge après
celui où je respirai la première fois.
Les six restantes auraient des lumières
vibrantes aux fenêtres. Toutes
seraient le multiple d'un âge
que l'on compte parmi les humains
comme une heure féline
avant la fermeture de la nuit.


Extrait de Poupée russe, Encres Vives, mai 2017.

Coeur


A l'intérieur le cœur bat,
dehors est une lande apprivoisée.
Dans le bocage qui te regarde,
dans le petit silence où je te vois
pulse la veine de ton cou et ta peau
est un rempart, une haie assez haute
pour m'éloigner et t'apercevoir enfin
dans l'enclos, sans présence humaine.


L'INSTANT FUGACE n°2, janvier 2018 (Jacques Flament éditeur)



Un recueil de nouvelles très, très courtes voit le jour. Quatre-vingt-deux auteurs livrent non moins de cent-cinquante textes.


Avec, par ordre alphabétique : Danielle Akakpo, Eric Allard, Angélique Assier, Jo Bassoni, Pascale Binant, Daniel Birnbaum, Stéphanie Bonnet, Marc Bruimaud, Nicolas Brulebois, Gaelle Buri, Alain Callès, Jacques Cauda, Serge Cazenave-Sarkis, Lorenzo Cecchi, Denys-Louis Colaux, Lucas Corbeaux, Eric Dausse, Frédéric Delhaie, Marie-Philippe Deloche, Robert Delplanque, Carine-Laure Desguin, Valérie Dorpe, Odile Dubois, Hélène Duc, Corinne Falbet-Desmoulin, André Fanet, Fabrice Farre, Roseline Fierens, Jacques Flament, Sylvie Franceus, Pascale-Maud Garnier, Véronique Gault, Françoise Grenier, Laurence Guillemin, Christine Guinard, Henri Aram Hairabédian, Jeanne-Valérie Held, Laurent Herrou, Gabriel Henry, Richard Huitorel, Valentine Imhof, Ginou Jussel, Ziska Larouge, Patrick Larriveau, Bastien Lebis, Julie Legrand, Laurence Litique, Elisabeth Loussaut, Sylvie Loy, Anne Lurois, Antoine Maine, Chrystel Marmier, Marie-Elisabeth Mathieu, Cyril Mikolajczak, Guylaine Monnier, Claire Musiol, Michèle Obadia-Blandin, Pascal Ordonneau, Bojenna Orszulak, André Page, Raymond Penblanc, Orélien Péréol, Florence Perrotin, Sabrina Poinçot, Pascale Poncet, Serge Prioul, Sylvie Protche, Martine Rouhart, Isabelle Serve, Keila Silion, Marco Skoff, Mélanie Tellier, Dominique Theurz, Bruno Thomas, Florent Toniello, Linda Vanden Bemden, Bernard Vassel, Sylvain-René de la Verdière, Isabelle Verneuil, Elisa Vilain, Astrid Waliszek et Sandrine Waronski.


Lien

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE