Partout ailleurs




Quelle langue est la plus juste avant la mort. Le poème dédié, enfin achevé, la voix de poésie qui n'entame ni pied ni rime, au palais de la bouche du mètre quotidien. Quelle est-elle. Un silence, une haie chétive d'où jaillit le merle, devant le voyageur sans bagage.


Extrait de Partout ailleurs, p.i.sage intérieur, 2018.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE