Attendre


Tu franchissais plus rapide que la lumière le mur du silence au delà de ce son monotone où la plume est lourde et la parole un fardeau. Particule lumineuse, contrant la physique, tu ne pris jamais aucun mot, le léger étant nécessaire et l’indifférence incontournable pour mesurer le poids de chaque moment ou l’étalon de l’existence galopante.

Paru dans Les Cahiers de la rue Ventura, n°20, p.31. Pour plus de détails : ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE