De la blanche à la noire


 

(d’après le tableau de F. E Vallotton « La femme blanche et la noire », 1913).

 

C’est la chanson – de quelques notes distinctes, longues  ou courtes – qui traverse l’air comme un boa bosselé, celle qui atteint le bleu jusqu’à son engourdissement alors que les corps se penchent et que la canne rompt tout à coup. Dans ma case toute resserrée et près de toi, ce sont deux mondes qui ne fondent pas comme le sucre à venir. Il en faut du souffle pour raser les terres. Le tien est bien plus facile pendant que tu dors et que je veille à ta blancheur, à ton sexe par où je voudrais passer et qui se ferme comme une lèvre noire. Par où, par où pourrais-je aller pour trouver ton noir de sommeil, celui qui persiste dans mon esprit et qui te retournerait comme un gant dont les doigts seraient à l’œuvre rouge pendant que je t’observerais. Ce n’est pas mon Dieu qui t’a peinte ou alors était-il aveugle. Pourquoi donc est-ce la lumière qui te découvre et pourquoi est-ce avec elle que je te trouve ainsi abandonnée, laide dans le blanc — mais le blanc peut-il être aveugle si je ferme les yeux. J’en voudrais au peintre, avec les mots de colère du contremaître ou de nos tambours sombres. J’en voudrais à ceux pour lesquels la peau du tableau est aussi réelle que de rester ainsi, comme moi, à observer le silence de cette couleur qui, comme la mienne, n’en est pas une.

Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016