Visite

Le portail s'ouvre, cette silhouette
familière s'éclipse soudain.

Elle était venue me parler l'après-midi
sous les platanes. Chaque part de lumière
était un corps de geste appris dehors ;
chaque lieu d'ombre, ce qui restait
à définir dans l'urgence, avant le départ.

Lorsque s'ouvre la porte, elle est vorace
comme le monde. Elle se referme pour
la certitude vouée au sourd qui s'empresse
de tout dire alors que les pas s'éloignent.

Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016