De l'autre côté

Dehors, la lumière est bien plus
dense. Les objets sont enfin
rendus au réel. Je cherche partout
ce qu'il reste à donner à la parole
enfoncée dans le noir. Elle s'esquive,
noyée, puis revient rescapée
grâce à je ne sais
quel fil de survie. Elle se tient
au bord possible. Je n'ose la pousser
de la bouche au monde, de peur de la perdre
mais je l'ai attendue.



Sur Parole, Clapàs, 2013.

Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016