Au sommet de l'échelle...

Au sommet de l'échelle
il manque aux fruits
la part volée des oiseaux.
Le ver progresse à notre insu le reflet
garde un œil aveugle qui nous fixe sur la chair généreuse
presque un visage jamais celui du responsable
venu d'une fleur rencontrée par l'insecte.
Un corps tombe trop mûr. D'en bas,
perdu dans l'herbe, on ne verrait rien. D'ici
l'angle de vue est sujet à bien des discordes.


Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016