Chemin

Le chemin parcouru jusqu'à elle
semble mériter l'arbre sec.
Sa bouche retroussée et édentée
nous laisse entrevoir une partie
de nos vies sombre. Combien
de mots nous séparent d'elle, lorsqu'elle s'exprime
dans un patois terreux dont la poussière
nous aveugle. Nous rions pour souffler
ce que nous voulons laisser au noir.


A l'index - espace d'écrits - n°27, p.102 (2014).


Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016