Maisons

Au rez-de-chaussée nous avons des histoires interminables de rues.
Au premier étage, nous bavardons loin des lacets urbains et distants,
au second nous songeons à dormir en oubliant qui nous sommes.
Au quatrième, nous ressemblons
aux greniers de la mémoire, clairs bientôt comme des miroirs.
Sur les toits où nous allons en l'imaginant seulement
nous mourons comme les abeilles,
sanctuarisés, avides du miel de la ville,
incapables de toucher au ciel, même après trois essais.



Numéro 6 « Marges », de L'assaut « Poésie nouvelle passée en revue », mars 2015.

Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016