La chanson du marin


Les bateaux rendent
l’eau de mer âpre
et le vent de sel
charrie la voix de métal
des cordes contre les mâts.

Un bleu de plus
vient grossir le quai plus noir.

Sur la terre, nous tenons
mais elle nous ignore. C’est
nous qui dansons, sur l’écume
nous lisons nos destins.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE