Fenêtre


Par la fenêtre passent les routes :
ainsi retenues, elles volent jusqu’à toi.
Elles sont d’un ciel supposé
où l’on va sans lever le regard,
comme si l’idée d’être à tes côtés
revenait à ne prendre de l’évidence
que le chemin le plus ordinaire,
c’est-à-dire celui qui espère
sans jamais toucher terre.
 

Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016