Faire

Je ne reviens jamais à la même heure
pour tromper ce qui doit arriver
sur la crête blanche
de l’heure du réveil.
Les murs sont identiques, la porte
s’est refermée à peine. Par elle
je passe, songeant à l’inhabitude,
aux contraires qui ne se touchent pas
à la parallèle qui ouvre le carré de ma chambre. 

Mange Monde,7.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

VUES ET REVUES

LISTES DES PAGES DU BLOG

POÉSIE CONTEMPORAINE... peut-être

TOUS LES TEXTES SONT PROTÉGÉS [page WIKIPEDIA]. Ils sont la propriété exclusive de Fabrice Farre.







ARCHIVES DU BLOGUE